Le(s) suiveur(s) des choses.

vendredi 25 janvier 2008

Vertiges de l'amour

La cour de cet ensemble bric-à-brac de bâtiments est un peu étroite et haute, je ne l'ai pas aperçu tout de suite en arrivant. La semaine dernière, ce couvreur, la trentaine en pleine forme, m'avait laissé l'impression du gars qui réfléchit avant d'agir et qui se lève le matin pour faire un boulot qui lui plaît vraiment. L'archétype de la relève artisanale en marche, la fierté du bel ouvrage vissé dans son sourire. Aussi, quand j'ai levé les yeux ce matin, un étau s'est resserré sur ma poitrine. Quatorze mètres au-dessus de ma tête, le talon d'une chaussure dépassait du sommet du mur d'un des bâtiments en réfection.

Lire la suite

mardi 22 janvier 2008

Penche-toi un peu, et tousse.

Après la voiture qui me gratte le neurone, voici venir l'ordinateur qui fait un bruit de bottes à clous. Vu depuis le monde de l'informatique libérée des adeptes Linuxiens, ça ressemble presque à un suicide commercial. Presque. J'ai juste un peu peur que ce soit plus complexe que ça n'en à l'air.

Lire la suite

lundi 21 janvier 2008

Kioto et moi.

On nous dit que chacun est concerné. Dont acte. Pour commencer quelque part, j'ai sorti ma calculette sans virgule, celle qui dégrossit les choses. C'est sans appel : 73% de l'usure de mes pneus découlent de mes activités professionnelles. Premier réflexe : j'arrête de bosser ! on dit que c'est souvent la première idée qui vient qui est la bonne, mais quelques conditions initiales non remplies tempèrent la mise en place immédiate de l'incontestable avancée écologique que j'étais pourtant tout près à apporter à la planète notre mère à tous. Le monde est mal fait.

Lire la suite

vendredi 18 janvier 2008

Coucou les décroissants !

A lire certains textes sur nos réserves mondiales de pétrole, je m'étais un temps senti vachement regonflé dans mon mépris affiché envers la ferraille avec laquelle je roule. Que mon traîne cul soit rouge où à pois verts, poussif où puissant, long, court, carré où rond, je m'en bat l'œil. La voiture et la moto sont des cul-de-sac technologique, que je me pensait depuis longtemps, bien avant les premières contorsions neuronales des compagnies pétrolières.

Lire la suite

mercredi 16 janvier 2008

Aux forceps.

La croissance écono...
...
(J'y arrive pas.)
...
La croissance économique n'est...
...
(Allez, pitain, vas-y !)
...
Non. Je n'arrive pas à écrire sur le sujet. J'aurai bien envie pourtant, ça m'échauffe, je me met au clavier. Mais non. Croissance économique, c'est un peu comme chômage, précarité, shadocks jaunes, Sarkozy*, ça viens pas. Des sujets pour mes illustres voisins qui causent mieux que moi. Mais moi, non, je sèche.

Lire la suite

lundi 14 janvier 2008

Le Dahu.

Les chemins qu'on emprunte réservent de drôles de détours. Comme je l'évoquais ailleurs, nous ne somme jamais si loin de quiconque que ces détours ne finissent par provoquer des rencontres. Les plus improbables n'étant pas les moins certaines. Pour peu qu'on aie un penchant pour le musardage et les petits chemins pas forcément creux, il arrive que ceux-ci vous fassent faire de grandes boucles sans que jamais on aie l'impression d'être revenu en arrière. D'ailleurs, on n'y reviens jamais, en arrière, on a les pattes de devant trop courtes. Mais parfois, c'est l'impression que ça laisse. Comme pour mon futur nouveau boulot.

Lire la suite

dimanche 13 janvier 2008

Le combat continue !

Le suspens à peine soutenable qu'entretenait notre doulce Laflote, à propos d'une tentative de parution dans la presse d'un texte dont la teneur subversive annoncée devait servir d'instrument de mesure à la liberté d'expression menacée de la dite presse*, est enfin levé. Le texte intégral est consultable ici, mais pour vous mettre en appétit, je ne résiste pas à vous en livrer les premières phrases :

Lire la suite

samedi 12 janvier 2008

Vous et moi.

En relisant un ancien article du Tigre, je me suis surpris à penser à vous. Non, allez, je ne vous plonge pas dans la guimauve, partez pas tout de suite, lisez au moins ça : "Les réseaux interpersonnels noués spontanément par les individus ont une structure telle que, bien qu’éparpillés sur les 149 millions de km2 qui constituent la surface de la terre, en dépit du fractionnement géopolitique et des stratifications sociales, deux individus, choisis au hasard, ne sont séparés l’un de l’autre que par un nombre fini d’autres personnes". La transposition de cette expérience aux espaces numériques occupent déjà du monde chez les marchands de pâtés de sable et autres manufacturiés, sans doute à cause d'une très émoustillante comparaison :

Lire la suite

vendredi 11 janvier 2008

Capote !

J'ai installé ce matin un filtre anti-spam.

Depuis ce matin ça tombe en rafale. Fallait bien que ça m'arrive aussi, à montrer mon bout de nez un peu partout, tout fiéro d'exhiber la belle adresse de ce blougue. Hors donc, depuis ce matin, le cerbère is watching tout ce que vous racontez, et balance consciencieusement les indésirables dans une corbeille à part.

Lire la suite

lundi 7 janvier 2008

Tout à l'heure.

J'ai des périodes comme ça, le blues me monte et ça creuse profond. Pas vous ? Les fêtes de fin d'année, entre autres. Enfin non : surtout les fêtes de fin d'année, en fait. Je ne supporte pas. La pose des premières guirlandes dans les rues me rabotent les nerfs lentement, jusqu'au paroxysme de Noël, où là... mais bon, je ne vais pas m'étendre, il parait que j'ai « un truc » avec Noël. Donc, bref, le blues dans les guirlandes fades.

Lire la suite