Le(s) suiveur(s) des choses.

vendredi 29 février 2008

Sans blague !

Sénat : Audition de M. Alex Türk

- « M. Henri Revol, sénateur, président,...a évoqué le rôle essentiel que la CNIL était appelée à jouer dans la gestion de ces phénomènes, en particulier pour éviter que ne se propage, de façon quelquefois désastreuse pour le progrès, une méfiance croissante vis-à-vis de la science et la technologie. »
-M. Alex Türk : « le temps démocratique est devenu inadapté au temps technologique ». - « M. Bruno Sido, sénateur...s'est demandé si la CNIL et ses homologues étrangères n'allaient pas être définitivement dépassées par la technologie... »

--------------------------------
L'ordre des phrases ci-dessus n'est pas de moi. Je les ai extraites du texte original parce qu'elles me tintaient particulièrement au neurone, mais je trouve en plus que ça tape bien, dans le genre démonstratif :

- 1/ Entre nous, vous savez, les gens sont trop méfiants...
- 2/ et la démocratie s'essouffle un peu, vous ne trouvez pas ?
- 3/ sans compter que les garants des libertés sont de vieux machins définitivement dépassés.

Vous allez peut-être me trouver paranoïaque, mais ma « méfiance croissante » à moi, elle s'allume surtout quand on invoque le progrès (gah !) pour me convaincre des bienfaits forcément attendus des avancées technologiques.

Pour le moment, c'est seulement le « temps démocratique » qui est ...inadapté. Pour le moment.

jeudi 28 février 2008

Parce qu'on n'en parle pas pendant la campagne des municipales mais qu'on en parlera dans une semaine pendant 1 jour et que j'aime être en avance

"Tu trouves pas que t'exagères avec ton féminisme ?"

"Non, franchement en France, on a l’égalité, toutes les lois qui vont bien.
Il reste peut-être des inégalités mais c’est seulement une question de goûts, pas du tout de discrimination, faut pas tout mélanger.
Evidemment dans les pays lointains et exotiques, ce n’est pas la même chose, faut se battre pour les femmes de ces pays là, mais ici vraiment tout va bien. "

En plus ce billet est plein de chiffres !

Lire la suite

mercredi 27 février 2008

J'ai de bonnes nouvelles

Certain-es prétendent que tout va mal : atteintes à répétition contre nos libertés, capitalisme décomplexé, personnel politique tragi-comique.

Il convient cependant de ne pas céder à la morosité, il y a de nombreuses raisons de se réjouir !

Lire la suite

mardi 26 février 2008

Et si tout c'était rien et réciproquement...!?

Ca m'est venu comme ça, après lecture d'un com de Ga(i)elle, qui disait que son film préféré c'était "Into the wild" de Sean Penn.

Je ne l'avais pas encore vu, ça m'a donné l'envie! Eh oui, c'est comme ça les envies! J'ai vu ce film singulier, qui me renvoie, moi, à Kérouac "supertramp" et beatnik et à Jack London, autre grand clochard céleste. Cette quête désespérée et volontairement fusionnelle avec la Nature, au sens "rousseauiste" du terme, le grand Pan, le grand Tout, m'a ramené vers cette question toujours plus présente: "Qu'est-ce qu'un athée?"

Souvent pour les athées qui se croient athées, ça se résume à ça:" Etre athée c'est comprendre qu'il n'y a qu'un seul monde, celui-ci, notre monde naturel si impitoyable et si indifférent à nos désirs ; un monde silencieux qui n'a rien à dire et qui n'écoute pas, un monde où tout est hasard et nécessité. C'est comprendre qu'il n'y a qu'une seule vie, celle-ci. Apprendre à vivre seul sans dieux, c'est apprendre à mourir, toutes nos petites morts, jusqu'à la dernière. C'est apprendre que le devenir emporte tout, que rien ne dure éternellement et donc que rien ne mérite qu'on s'y cramponne, qu'on s'y enchaîne, pas même nos rêves...désespérance, la mort aura le dernier mot, qui n'en est pas un...

Etre athée pourtant, c'est s'apercevoir que tout est à faire, tout est à inventer. C'est prendre conscience que nous avons à charge de devenir humain, nous qui le désirons tant : humain, trop humain...Etre athée, c'est apprendre à être responsable du seul monde que nous avons, à préserver ses richesses naturelles et culturelles et donc apprendre le respect de la diversité. Tolérance et miséricorde, nous sommes seuls, et nous ne pouvons compter que sur nous..."

Cet embryon de définition que j'ai trouvé il y a quelque temps sur le net, mais dont je n'ai pas gardé les références, (oui, souvent, je note comme ça des trucs sur un coin d'enveloppe et après je ne sais plus d'où ça vient!), ne me satisfait qu'à moitié!

Je reviens à "Into the wild" et une des dernières phrases du film, dont je n'ai pas la citation exacte, mais qui pourrait être ça : " If you want the real happyness, you have to share it!", " Le vrai bonheur, ça se partage!" et que le héros du film(remarquable!) exhale dans un dernier souffle! Moi je veux bien qu'il n'y ait pas de Dieu, au singulier ou au pluriel, j'm'en fous un peu! Mais il se trouve que l'homme soit apparemment le seul être vivant à se poser la question de quelque chose qui le dépasse, pas pour le dominer, mais pour l'enrichir... Je vous laisse réfléchir là-dessus.

lundi 25 février 2008

Brève de comptoir.

« On perd de vue l’un des fondements d’une société de liberté... Nous passons d’une justice de responsabilité à une justice de sûreté. C’est un tournant très grave de notre droit. Les fondements de notre justice sont atteints. Que devient la présomption d’innocence, quand on est le présumé coupable potentiel d’un crime virtuel ? »
( Robert Badinter, à lire scéance tenante. Zou ! )

La voilà toute entière, la petite musique des bottes à clous. Je vous le dit comme je le pense : je déteste l'idée d'ouvrir un fil sur ce sujet qui ne devrait simplement pas exister, mais je déteste encore plus l'idée que certains « connards » hyper médiatisés puissent venir vous brouiller la lecture de ce lumineux éclairage cru sur notre chère prézipauté en pleine capilotade. Vous regardez trop la télé !

mercredi 20 février 2008

Les ailes des anges.

Le dernier billet de Vieil Anar m'a donné envie d'écrire quelque chose sur la musique. Un peu de ce qu'elle est pour moi. Rien de philosophique, métaphysique où passionnel dévastateur. Seulement une vieille copine sympa, une respiration.

Lire la suite

mardi 19 février 2008

Parenthèse enchantée !!!

Ce long week end, mon fils aîné, est venu de sa lointaine Corse(adoptive) rendre visite à son vieux père. Tout juste 33 ans, rebelle jusqu'au bout des ongles, passé par des galères pas possibles, dont certaines auraient pu être funestes !! Je l'ai trouvé ressuscité,(33 ans!) et pourtant l'enfer n'était pas loin! Après de longues et plus ou moins studieuses études jusqu'au CNSM de Lyon dans l'art subtil du violoncelle, il a décroché subitement il y a 6 ou 7 ans accablé par le système! Le monde de la musique est un monde peut-être encore plus impitoyable que tous les autres! Il faut jouer des coudes pour imposer son talent, tisser des relations parfois obscures, dans des milieux qui ne le sont pas moins! Savoir vendre son "art", c'est devenu une des préoccupations majeures et alors que je l'avais connu flamboyant, élégant, insolent dans son talent, sur de lui, trop peut-être! Je l'ai vu s'éteindre, comme une bougie dont la mèche, petit à petit, se consumerait entièrement, jusqu'à s'éteindre presque, l'alcool et la drogue aidant! Et une inquiétude inconnue pour un être que je savais fragile, mais une impuissance aussi!! Il avait tout rejeté, le système, les conservatoires, les orchestres, toute cette hiérarchie pyramidale qui structure le monde de la musique et le sclérose en faisant parfois un fossile parfaitement à l'image de cette société avec tout le clinquant qui se doit! Il a vécu 2 ans et 1/2, dans la montagne corse, dans une petite bergerie de pierres sèches, avec un toit crevé, sans eau, ni électricité,(dans un paysage sublîme!) et il a tutoyé le paradis et l'enfer, jusqu'à ce que la petite flamme se rallume, tremblante au début, puis de plus en plus claire et brillante et il est redevenu, autrement, ce magicien de la musique qu'il était, mais après avoir jeté les oripeaux du concertiste à noeud pap et queue de pie! Il joue autrement maintenant, mais avec une profondeur et une émotion surprenante qui vient du fond de la douleur et de l'épreuve! L'Homme en lui, s'est resserré en un point flexible qui peut s'étendre à la ligne ou se concentrer jusqu'à la plus infime parcelle d'émotion palpitante! Il a apprivoisé le silence et l'a mêlé à sa musique! Il fait son jardin,(bio!), il aide son voisin le maçon à construire ses murs et le charpentier aussi! Il fait son pain! Il ne sera sans doute jamais connu sur le plan international! mais ça n'a aucune importance! Il s'est retrouvé et je suis si heureux de l'avoir retrouvé, moi-même! Merci la vie!

lundi 18 février 2008

Tous à Paris le 5 Avril

Le collectif Uni(e)s contre l'immigration jetable et moi appelons à une manifestation nationale contre le racisme d'État Ce sera à Paris, samedi 5 avril. Plus précisément à 14h30 Place d'Italie.









Lire la suite

vendredi 15 février 2008

Art topiaire

Jeudi 14 février : François Hollande a appelé les électeurs à envoyer au pouvoir "un message de sanction" lors des élections municipales.






( L'art topiaire, du latin "ars topiaria", art du paysage, consiste à tailler les arbres et arbustes de jardin dans un but décoratif. Wikipedia)

mercredi 13 février 2008

J'ai déjà tout fait ce qu'il ne faut pas faire

J'ai copié cet article sur le site du Monde. Et constaté que j'avais déjà fait tout ce qu'il réprouve. Sauf partager des informations bancaires, faut pas déconner non plus ;-)) Et vous savez quoi, j'en suis fort satisfaite contente !

Spéciale dédicace à Jean-Pierre Martin : ce blog, c'est pas le mien, c'est une colocation, ma foi fort agréable. Meublée de bric et de broc. Et les colocs, c'est des garçons, alors ils rangent pas ;-))

Lire la suite

mardi 12 février 2008

La lutte dont on ne parle pas

Un centre de rétention administrative (CRA) est le lieu où sont enfermées (retenues) les personnes en attente d'expulsion du territoire de la France.

Ce n'est censément pas une prison, les gens enfermés (les retenu-es) n'ont seulement pas le droit de vivre ici.

Lire la suite

lundi 11 février 2008

l'horloge de la désobéissance, c'est vil!

Moi, fervent disciple des"suiveurs", j'écoute d'une oreille distraite le Lang people, "Jack" que nous connaissons!! Langue de bois, langue de fer, si j'mens, j'vais en enfer!! Ouaf, ouaf! "Sur les doigts de l'homme en général, âle, âle!!!!..!!!!!!!!", dixit Lang, qui énumère les contre-vérités à tours de bras, dans tous les domaines, Education, Attali, pouêt-pouêt!!, etc...!! Bon, je débranche, parce que ce genre de guignol aura discrédité le peu de gauche qu'il restait, à tout jamais !!" De profundis! et requiescat in pace, zamen!!!!! En fait, je voulais parler de désobéissance civile, en ces temps prochains d'élections municipales, les plus proches de nous!! Bientôt, dans un mois!, ce connard de Lang, qui parle d'anti-sarkozysme pavlovien! pour ne rien dire, comme d'habitude, mais où est-ce que j'arrête ce truc!!! Pitaing! " ch'est la raigeon pour laquelle...!!" Arrêtez-le!!! David Thoreau, grand américain, s'il en est, qui professait en son temps, " le refus individuel de respecter la loi pour des raisons dictées par sa propre conscience", n'a rien mis d'autre en avant qu'une morale de conviction et une morale de responsabilité pour exprimer," le refus individuel de respecter la loi pour des raisons dictées par sa propre conscience", relayé en cela, plus tard par John Rawls qui donne cette définition de la désobéissance civile : " un acte public, non-violent, décidé en conscience, mais politique, contraire à la loi et accompli le plus souvent pour amener à un changement dans la loi ou bien dans la politique du gouvernement!". Hannah Arendt a fait exactement la même distinction dans son traité sur la désobéissance civile !! En quel sens la désobéissance est-elle "civile"? La racine éthymologique du mot "civil" est le terme latin "civilis" qui lui même provient de "civis", citoyen! c'est presque trop facile!!, mais, mais, mais, si la désobéissance est civile, c'est qu'elle n'est pas militaire!! donc, pas imposée! Gandhi a dit : " La désobéissance civile est le droit imprescriptible de tout citoyen. Il ne saurait y renoncer sans cesser d'ête un homme. La désobéissance civile ne donne jamais suite à l'anarchie,(dans le sens du désordre, trop commun à ce terme, NDLR!), alors que la désobéissance criminelle peut y conduire. Sous peine de disparaitre, chaque Etat met fin à la désobéissance criminelle par la force. Mais ce serait vouloir emprisonner la conscience que de faire cesser la désobéissance civile". La désobeissance ne peut être civile qu'en ce sens qu'elle est non violente! La citoyenneté est un statut, la la civilité est une vertu! Que peut-on alors en faire ? Ca en fait des questions! Non !? Ca peut avoir un rapport avec le vote, mais pas forcément!A plus.

Blogus Maximus

Aujourd'hui je m'étonne de ne pas y avoir pensé plus tôt : ce qui me manquait, sur ce blog, c'est un peu de compagnie. Je ne vous jouerais pas la complainte de Caliméro, mais je suis très content que Christine et Vieil Anar aient accepté de venir laisser avec moi quelques traces dans le bac à sable de al dabarān.

Lire la suite

dimanche 10 février 2008

Certains l'aiment chaud!

L'humble suiveur des choses n'arrive plus à suivre, alors il m'a proposé à moi aussi, un des nombreux doubles des clefs de son camion! Salut Christine!!! Lourde tache et surtout, je ne voudrais pas le décevoir! Et vous non plus, les accros! Bon, alors, j'essaie mais soyez indulgents! Dans la rubrique, "le désir cherche-t-il à être satisfait?", voici une petite citation de JJR, pour les intimes, Jean-Jacques Rousseau pour les autres!! " Malheur à qui n'a plus rien à désirer! Il perd, pour ainsi dire tout ce qu'il possède. On jouit moins de ce qu'on obtient que de ce qu'on espère et l'on n'est pas heureux qu'avant d'être heureux... Vivre sans peine n'est pas un état d'homme: vivre ainsi, c'est être mort. Celui qui pourrait tout, sans être Dieu, serait une misérable créature, il serait privé du plaisir de désirer; toute autre privation serait plus supportable."- "La Nouvelle Héloïse " Même si le thème est classique et la formulation un peu surrannée, ça ouvre des horizons,non!? surtout, après le billet de Christine:-)))! A plus.

samedi 9 février 2008

L'esclave se satisfait de la jouissance de son maître.

Patrick m'a donné des clefs, alors, je suis rentrée. J'ai noté quelques titres de ses billets : le sexe des bulldozers, barbaque, vertiges de l'amour. Il m'a semblé comprendre... J'ai regardé les blogs amis : de l'humour, du sexe et de la politique. La recette paraissait simple. J'ai décidé d'essayer.

Lire la suite