Le(s) suiveur(s) des choses.

samedi 31 mai 2008

Manifestations contre la directive européenne sur la détention et l'expulsion des personnes étrangères

On sait bien que les manifestations de 2h ne servent à rien aujourd'hui. Trop peu de gens dans la rue pour impressionner qui que ce soit.

Lire la suite

vendredi 30 mai 2008

L'essence des femmes

Un tribunal a annulé un mariage en avril parce que la mariée n'était pas vierge, contrairement à ce qu'elle avait affirmé.

C'est parfait. La connerie de son époux offre donc à la mariée une deuxième chance : elle a cédé à sa famille et son milieu en prétendant être vierge pour pouvoir se marier. Le stratégème n'a pas fonctionné. La voici libre. Et impossible à marier si elle reste dans le même contexte. C'est pas une chance, ça ?

D'autres ne s'en sortent pas si bien : celles qui ne pratiquent que le sexe anal ou buccal pour rester "vierges", celles qui se font réparer l'hymen (suffit d'avoir 1000 euros, faudra penser à pendre aussi les chirurgiens esthétiques), celles qui mentent bien, celles qui savent expliquer qu'il y a 100 raisons de ne pas saigner au premier coït

Le tribunal a jugé ainsi parce qu'il y avait eu tromperie sur une "qualité essentielle" de l'épouse. J'espère que le jugement aurait été le même si elle avait affirmé faussement savoir faire la cuisine.

Et une blagounette. Vous savez pour quoi les robes de mariées sont blanches ? Pour être assorties à la machine à laver.

lundi 26 mai 2008

Le cas par cas, on n'en veut pas

Plein de travailleurs sans-papiers sont en grève. On fait quoi ?

Lire la suite

jeudi 22 mai 2008

La révolte gronde

L'ensemble des droits conquis par la France qui se lève tôt est menacé, les prix des denrées alimentaires tentent de rattraper les prix du pétrole qui flambent, le racisme est devenu une politique d'Etat. Rien ne va plus.

Lire la suite

lundi 19 mai 2008

Il n'est jamais trop tôt pour y penser


Bientôt Noël.

Lire la suite

dimanche 18 mai 2008

Chouette, y'a rien à la télé

Alors je vous suggère de regarder l'excellent documentaire "Braves gens, n'ayez plus peur" que vous pouvez télécharger sur le site du collectif PANIC! qui l'a réalisé et que vous pouvez visualiser ici. Prévoir 1h33.

La partie au sujet des statistiques, une quinzaine de minutes avant la fin, est particulièrement instructive.

jeudi 15 mai 2008

L'insurrection qui ne vient pas

Je suis allée à la manifestation de défense de la fonction publique.

Essentiellement pour soutenir les lycéens et lycéennes qui manifestaient une fois de plus.

Avant la manif, je me demandais quel slogan je pourrais brandir.

Dans la ligne syndicale : "Non  aux suppressions de postes" ? "Pour un service public de qualité" ?
Dans la ligne de mes convictions politiques :"Autogestion des services publics" ?  "Réappropriation des services publics" ? "Gratuité des services publics" ?
Pour jouer : "Grève générale, illimitée, expropriatrice et joyeuse" ?
J'aurais pu aussi distribuer des tracts qui disent "Passons à l'offensive". J'ai laissé tomber. Je suis juste allée faire nombre.

Ces grèves d'une journée, avec manifestations animées par les syndicats, obéissant à des rituels plus qu'amortis sont tellement inutiles et inadaptées à la situation d'aujourd'hui.
D'ailleurs, elles n'ont jamais été adaptées. Les victoires résultent toujours de conflits longs, de confrontations qui mettent en difficultés pouvoir et capitalistes.
Mais aujourd'hui où la guerre de classes est plus active que jamais, ces journées inutiles sont infiniment plus décourageantes que stimulantes.
Annonce d'une réforme, cris, grève d'une journée, acceptation par les confédérations syndicales pour "sauver" quelque chose (qui sera repris dans quelques mois) et... on recommence. Les riches s'enrichissent, les pauvres s'appauvrissent.

Replacés dans un contexte international, ces soubresauts n'ont aucune importance. Les pauvres s'appauvrissent : pas grave, de grands marchés attendent les entreprises françaises en Asie. Et ça fait de la main d'oeuvre taillable et corvéable à merci, pour pas cher. Suffit juste d'avoir assez de flics pour maintenir l'ordre. Et ce ne sont pas les vocations qui manquent.

Alors je vous reparle du petit livre "L'insurrection qui vient". (Auteur : le "comité invisible", éditions La Fabrique). Le livre dont certains articles sur le retour des anarcho-terroristes citent la possession comme un indice d'anarcho-terrorisme.

Il y est décrit comment s'organiser en "communes" pour sortir du système et lutter contre. Je suis trop bien "intégrée" je crois pour adhérer totalement, encore que, si je rencontrais un collectif motivant, la question pourrait réellement se poser. On y trouve aussi les étapes possibles d'une insurrection.

Mais ce qui m'intéresse le plus, parce qu'il interroge et bouscule mes certitudes militantes, c'est le petit chapitre "En route". Que voici donc.

Une insurrection, nous ne voyons même plus par où ça commence. Soixante ans de pacification, de suspension des bouleversements historiques, soixante ans d'anesthésie démocratique et de gestion des évènements ont affaibli en nous une certaine perception abrupte du réel, le sens partisan de la guerre en cours. C'est cette perception qu'il faut recouvrer, pour commencer.
Il n'y a pas à s'indigner du fait que s'applique depuis cinq ans une loi aussi notoirement anticonstitutionnelle que la loi sur la Sécurité quotidienne. Il est vain de protester légalement contre l'implosion achevée du cadre légal. Il faut s'organiser en conséquence.
Il n'y a pas à s'engager dans tel ou tel collectif citoyen, dans telle ou telle impasse d'extrême gauche, dans la dernière imposture associative. Toutes les organisations qui prétendent contester l'ordre présent ont elles-mêmes, en plus fantoche, la forme, les moeurs et le langage d'Etats miniatures. Toutes les velléités de "faire de la politique autrement" n'ont jamais contribué, à ce jour, qu'à l'extension indéfinie des pseudopodes étatiques.
Il n'y a plus à réagir aux nouvelles du jour, mais à comprendre chaque information comme une opération dans un champ hostile de stratégies à déchiffrer, opération visant justement à susciter chez tel ou tel, tel ou tel type de réaction ; et à tenir cette opération pour la véritable information contenue dans l'information apparente.
Il n'y a plus à attendre - une éclaircie, la révolution, l'apocalypse nucléaire ou un mouvement social. Attendre encore est une folie. La catastrophe n'est pas ce qui vient, mais ce qui est là. Nous nous situons d'ores et déjà dans le mouvement d'effondrement d'une civilisation. C'est là qu'il faut prendre parti.
Ne plus attendre, c'est d'une manière ou d'une autre entrer dans la logique insurrectionnelle. C'est entendre à nouveau, dans la voix de nos gouvernants, le léger tremblement de terreur qui ne les quitte jamais. Car gouverner n'a jamais été autre chose que repousser par mille subterfuges le moment où la foule vous pendra, et tout acte de gouvernement rien qu'une façon de ne pas perdre le contrôle de la population.
Nous partons d'un point d'extrême isolement, d'extrême impuissance. Tout est à bâtir d'un processus insurrectionnel. Rien ne paraît moins probable qu'une insurrection, mais rien n'est plus nécessaire.

Sinon, j'ai lu "La désobéissance civile " de Thoreau, et après j'ai envoyé le chèque de mon deuxième tiers des impôts sur le revenu. Contradictions ?

mercredi 14 mai 2008

A poils laineux

Parfois, ce que je vois ou entends me paraît irréel. J'attends de me réveiller, et je ne me réveille pas.

Au boulot hier, à la pause thé-café :

"Non, c'est pas terrible, après, les poils, ils repoussent sous la peau"
"Oui, mais ils sortent un épilateur laser à utiliser à la maison, ça a l'air bien"
"Dans les publicités, on voit des hommes maintenant, c'est bien. Les poils sur les épaules, c'est pas beau"

Je suis retournée bosser dans mon bureau.

Sinon, non, on n'a pas parlé du la journée de grève et de manifestations de demain.

samedi 10 mai 2008

Quand un funambule perd le fil...!

Ça fait quelques jours que ça tourne, comme de sinistres moustiques dans une nuit d'été un peu prématurée. Dans ces cas là, il faut éteindre la lumière, mais là non, j'y arrive pas!

La camarde, rôde encore, elle a des comptes à régler avec moi; déjà il y a une quinzaine, cette belle amie qui se fait la malle, sans crier gare, mais bon trop de souffrances, c'est trop! Et puis là, lui, il s'en va aussi...! Marre!

Je ne l'ai pas su tout de suite, mais Fafa s'est tiré, lui aussi, là comme ça, le 20 avril, Farid Chopel a tiré sa révérence et j'ai l'impression qu'il est encore là bas, au bout de l'allée! Certains d'entre vous l'ont peut être connu, Farid le Kabyle, plus qu'habile, un danseur extraordinaire, un mîme fabuleux et un mîme qui parlait en plus, un langage incompréhensible bien sur, fait de tous les langages et que bien sur, si on voulait s'en donner la peine, on comprenait !

Lire la suite

vendredi 9 mai 2008

Ça peut mal finir.

Une campagne d'affichage est venue ce matin percuter les réflexions que m'inspirait la lecture de ce billet du Yéti pendant que je roulais peinard en ce matin très calme de banlieue Parisienne. Canal+ fait en ce moment la retape pour sa série « Engrenages », et le slogan m'a comme qui dirait sauté à la gueule :

« Ne commencez pas, ça pourrait finir mal ».

Lire la suite

Encore plus n'importe quoi que d'habitude

L’essence est trop chère, y’a plus de boulot et de toute façon on veut plus bosser, les patrons sont pas gentils, les zotres sont des veaux, y’a rien qui va. Oui mais le fond de l’air est tiède, le pont est long, y’a les ami-es et la sieste, et tellement d’informations réjouissantes !

Lire la suite

jeudi 8 mai 2008

Mépris de classe.

Pendant que l'on explose avec application le dogme du travail dans l'excellent fil de discussion de ce billet de Swami, les dégâts collatéraux de cette activité humaine, dont certains aimeraient nous convaincre qu'elle est naturelle, me trotte dans la tête.

Lire la suite

mardi 6 mai 2008

Allez, ça détend.

Les occasions sont rares, je vous en fais profiter.
Ma petite "rigolade du jour" du jour, c'est l'ANPE qui me l'offre (à croire qu'en ce moment...)
Il conviendra, pour se mettre en de bonnes dispositions, de se souvenir que le "N" de ANPE, c'est pour "Nationale".

Un truc sérieux, donc.

Vous êtes prèts ? on y va :

Lire la suite

dimanche 4 mai 2008

Faits divers

Lire la suite

vendredi 2 mai 2008

on nous prend officiellement pour des merdes (*)

Faites circuler : une Aube Nouvelle Pour l'Esclavage se lève !

Lisez donc cette offre d'emploi (onglet "Candidat" en haut, rubrique "Offres d'emploi", catégorie "Par numéro d'offre", entrer le numero : 637400L)

Et les choses étant, comme vous savez, si... volatiles avec le web, un peu d'archivage ne devrait pas faire de mal.

(*Titre emprunté à un commentaire de ce billet du politburo, dont je relaie ici l'info.)