Le(s) suiveur(s) des choses.

mardi 23 février 2010

14 mars

Y'a 8 listes en Basse-Normandie

Lire la suite

mercredi 17 février 2010

Ah oui, tiens : un tigre ?

Il y a comme ça des moments où l’on se demande pourquoi on fait certaines choses qu’on fait. Mais on les fait quand même, en se disant que « ça mange pas de pain » et qu’on verra bien, ça « fonctionnera » peut-être, même là où on ne l’attend pas. Une sorte d’a-motivation qui finirait par en être.

Lire la suite

mardi 16 février 2010

Pauvre rêve du chien fou

La solution du bruit se tient dans le murmure de quelque chose

Lire la suite

vendredi 12 février 2010

Y’en a pas un sur cent…

On peut ne jamais avoir voté, n’être d’aucun parti, d’aucune chapelle, aucun syndicat. Et être de tous les combats. Contre les tyrannies, l’oppression, La douleur infligée, les mensonges répétés.

On peut l’être toute une vie.

On peut aussi, d’un parti, d’une chapelle où d’un syndicat, l’être un instant, parfois. Le temps de se lever, de crier : « assez ! » …et de mourir pour ça.

Ce n’est pas romantique, c’est seulement utopique. C’est anarchiste.

mercredi 10 février 2010

COMME UNE MONTRE MOLLE …

J’étais au rade, peinard, je blaguais de rien avec le patron quand je l’ai vu arriver, sortir d’une vieille caisse pourrie, regarder ma bécane.

Lire la suite

lundi 8 février 2010

Un Dimanche à la campagne

Me suis fait draguer sévère par une bébête (gérontophile ?) ...

Lire la suite

dimanche 7 février 2010

Ça frémit !

Je sais que tu attends des nouvelles de la Cantine

Lire la suite

Mon frère

Aujourd'hui j'ai vu un vendeur ambulant sénégalais qui en l'honneur d'un modeste séjour à Dakkar me surnomme "Dakkar".
Il voit mes broches vissées dans le poignet et l'avant bras, prend des nouvelles, et m'apprend que lui c'était sa jambe, en effet il boîte...
Faire son boulot dans ces conditions avec les kilomètres que cela implique, je te tire mon chapeau mon frère.
Pas à se plaindre le gars, pas le genre, il vend son sourire au kilomètre aussi certes, mais là il venait gentiment
et simplement partager l'instant avec moi, rien de plus, mais le plus important, un de ces rares moment si vrai.
Et tout d'un coup il existe pour moi, c'est devenu mon frère, oh modestement bien sûr, une petite place qui me rattache un peu à l'humanité...

C'est que quand je la vois cette humanité j'ai tendance à vouloir m'en extraire, me dire merde je suis un extra-terrestre,
peu de goût pour la folie du foot (un comble à Marseille bien que quelque part je soutienne l'OM à ma façon, mais j'aime
cette ville, pardon), la télévision et sa grande manipulation merci big brother, je ne comprends pas les gens qui font la pub
des vêtements qu'ils achètent sur eux-mêmes, je ne comprends pas que l'on extermine les baleines, les thons et le reste
au point de les faire disparaître, aucun animal n'est aussi con
(preuve que l'homme n'est pas un animal finalement, il est divin tout s'explique, divinement con!).
Je n'énumère pas les atrocités, trop long.
L'humanité? C'est l'espèce qui est le contraire de ce que ça dit!

Oui je traîne depuis toujours une angoisse, c'est que ce sont mes frères eux aussi (vous ne mangez pas de thon vous? Vous n'êtes pas un prédateur, vous êtes des "purs", pas de compromissions? De bassesses, de mensonges et j'en passe),
donc cette question lancinante c'est à quelle distance suis-je réellement du plus dégueulasse des salauds, est-il mon "frère" lui aussi?
Oui c'est mon frère et je me demande toujours à quelle distance il est de moi, ce n'est pas une distance (trop facile la distance se mesure!)
c'est un "flou" et si vous êtes sûrs de vous vous m'inquiétez, je n'envie pas forcément ces certitudes trop évidentes.
Mais ce qui est certain c'est que j'espère en être le plus loin possible, que le flou est le moins flou possible.
Je préfère penser sincèrement que ce vendeur ambulant est mon frère, c'est tellement plus chaleureux non?

Quand à ce qu'il est réellement c'est une autre question.

vendredi 5 février 2010

Du caca nerveux en tant qu'oeuvre d'art (fable)

C'est le Schtroumpf-lunettes qui pète un carreau ...

Lire la suite

mardi 2 février 2010

Ça troue l’cul !

J'ai bien failli classer ce billet dans "Mais qu'ils sont cons !", mais finalement non : ils ne sont pas cons, y'a plus de mot. Et comme ils ne sont pas drôles du tout, j'ai pas eu envie de rire non plus.

En l'occurrence, c'est "elles" qui s'y collent, sur ce coup, mais gageons qu'une proposition de loi dans ce sens verrait un ramassis de mâles enthousiastes leur emboiter le pas.

En passant : merci à Emelire d'avoir signalé à mon attention ce pénultième coup tordu de nos édiles écœurantes.

lundi 1 février 2010

J'ai pas trouvé.

C'est juste que je suis à la recherche d'une base de données de mots. Ni un dictionnaire, ni rien de tout ça.

Juste une liste de noms communs. Même pas de verbes, de conjugaison. Non, disons juste une (plutôt conséquence) liste de mots.

C'est pas que je cherche à "répondre aux souhaits de ma femme", c'est que j'ai eu l'idée d'un petit programme rigolo, forcément idiot et qui ne sert à rien, et que je n'arrive pas à mettre la main sur un truc du genre. Comme je n'ai pas envie de me foutre en rogne contre le copyright de l'encyclopédie une fois de plus, je m'adresse à vous pour savoir si vous n'auriez pas repéré un truc du genre, dans un recoin de toile qui m'aurait échappé.

Ah si, tout de même avant que j'oublie : des mots de la langue française.

Et bien entendu je mettrait en ligne par ici ce programme idiot dès qu'il aura un peu de gueule. Tant qu'à faire d'avoir une idée à la con, autant la partager.