Le(s) suiveur(s) des choses.

mercredi 31 mars 2010

Autres fumerolles : tache de Mariotte, apories, etc ...

Prolégomènes à une pratique joyeuse de l'improbabilité

Lire la suite

dimanche 28 mars 2010

Un dimanche comme les autres...

C'est dimanche j'ai la flemme, normal c'est le jour du seigneur et je suis un seigneur, heu non en fait je suis tombé
sur les articles de ce mec Michel Koutouzis, ben dans le genre je m'informe et je réfléchis il me semble que ça dégage
des idées genre lieux communs et que l'on peut y trouver pâture...
il démarre avec Clisthène et on continue de balayer devant notre porte, enfin son blog me semble passablement
intelligent, pertinent, instructif et bien documenté, à nous d'en tirer profit.
Vieilles lunes joli titre, l'article sur corrupteurs et corrompus est révélateur et rompt aussi avec l'approche ambiante...
On a pas une presse pourrie, on n'a simplement plus de presse.

vendredi 26 mars 2010

Collabo ou résistant-e ?

Ben ouais, faut prévoir la libération.

Lire la suite

mercredi 24 mars 2010

Je ne sais pas quand émerge la conscience du primate

Je ne sais pas quand émerge la conscience du primate pour en faire un humain, je dirais comme le pouce
s'oppose aux autres doigts et permet la formidable préhension, l'opposition au social permet la compréhension
et c'est la conscience de l'individualité, la solitude dans l'univers, la peur.
Au départ les règles du corps social sont innées, la survie du groupe et sa perpétuation ne posent pas question,
il y a individualité, grégarisme mais pas individu, il ne se sent pas encore différend.

Avec l'individu le corps social doit se structurer différemment pour survivre et perpétuer l'espèce,
la religion comme règle de vie et explication du monde (et en particulier le culte des morts et les rites chasseurs)
apparaît et satisfait l'abîme de peur individuelle se substituant à la règle innée et grégaire antérieure.
C'est la réponse à la désagrégation, la cosmologie religieuse explique la naissance du monde et se consolide
par sa ritualité. Tout est en ordre et chacun peut y trouver sa place. L'éclatement religieux se fera dans toutes
les multiplicités mais le but reste le même, maintenir la cohésion au sein du groupe si grand soit-il.
Tenir la religion permet donc aussi de tenir le groupe, c'est la naissance du politique...et de sa légitimité
indissociable du religieux (encore maintenant dans une majorité d'états).

La naissance du droit est exigée pour codifier la transmission patrimoniale d'abord puis elle s'étend
à tous les domaines régissant vie publique et vie privée.
On pourrait penser qu'alors une société émancipée abandonnerait la règle antérieure des religions comme
explication irrationnelle devenue inutile à la cohésion du corps social seulement le politique tient trop à son pouvoir
sur le groupe et il retourne la crainte originelle sur le groupe, c'est dieu qui légitimise le chef, le roi...donc
ne pas obéir c'est défier dieu et ses représentants qui sauront et savent eux bien en profiter.

Aujourd'hui encore les structures du politiques sont les parfaits héritiers (communisme compris, -le prolétariat
s'est linguistiquement parlant substitué à dieu- les politiques décident au nom des autres,) de l'histoire qui n'est que
l'histoire des convulsions de la soif de conquête, l'histoire du sang et du renoncement à la désobéissance.
Aujourd'hui encore et plus que jamais les structures du religieux fonctionnent de connivence avec le politique
mais c'est masqué, insidieux, fondu dans le seul métal du pouvoir.
Une Amérique qui fait la guerre au nom du bien contre le mal! Cherchez donc pourquoi Sarkozy voulait abattre la laïcité!
Oui ça fonctionne encore...

Tout pouvoir corrompt, et c'est dommage que la belle solitude de l'individu face à l'interrogation de l'univers l'ai conduit à une réponse collective produisant l'aliénation du plus grand nombre plutôt qu'a une réponse individuelle,
unique et personnelle.
Pour moi aimer c'est avant tout aimer la liberté de l'autre et avant tout qu'il respecte la mienne, tu peux croire, mais seul,
c'est ton unique chemin et s'il t'illumine n'essaye pas d'aveugler les autres au nom de cette lumière et moins encore de l'imposer car alors tu cherches le pouvoir! Pouvoir sur les tiens, pouvoir sur les autres.

Le politique est à réinventer, mais de grâce, NI DIEU NI MAITRE!

mardi 16 mars 2010

Faire ce qu'il faut.

Aujourd'hui les Suiveurs feront une entorse aux économies de bande passante, parce que c'est ce qu'il faut faire pour diffuser ce document.

Parce qu'il faut diffuser ce document.

À l'heure où le vice rend hommage à la vertu, où les idées des uns sont souillées par l'insupportable flagornerie des autres.

Où des mots se vident de leur sens.

À l'heure où Jean Ferrat n'est plus.

Lire la suite

dimanche 14 mars 2010

Deux roues pour penser

Vous étiez nombreux. Dans une ville où une manif de 300 personnes est un succès, vous étiez bien plus de 100.

Lire la suite

jeudi 11 mars 2010

Je n'arrive pas à me le sortir de la tête

L'info date du 8 février mais elle me hante

Lire la suite

lundi 8 mars 2010

Mon billet du 8 mars que je suis en retard pour l'écrire !

L'égalité avance, les progrès sont énoooooooooooormes.

Lire la suite

dimanche 7 mars 2010

Vivement le retour des soucoupes volantes

Il y a des faits symptomatiques de l'état d'une société et le traitement médiatique associé
à ces faits est aussi révélateur, au sens photographique même d'ailleurs.
Depuis quelques années le suicide fait partie des accroches dans les médias, mais systématiquement
il est dissocié du corps social. A la grande époque la RDA supprime soudainement les statistiques
officielles concernant le suicide -9 années avant « l'effondrement » du mur- tout simplement parce que
le chiffre trop élevé (second pays européen alors) contredit le discours officiel.
Chez nous c'est plus simple, pour les médias le suicide dit « anomique » est inconnu, pourtant
Durkheim écrit son livre sur le suicide en,,,1897, mais le suicide anomique annonce le dérèglement du corps social
et comme la France est le pays du bonheur il n'existe pas pour nos médias, seuls les individus sont déréglés,,,
Le silence, la meilleure des censures!
En attendant, prisons et entreprises emblématiques sont autant de vitrines pour sacrifier son mal-être à la face
d'une nation qui préfère détourner son regard. Pourtant il y a de quoi à réfléchir -façon miroir-, deuxième taux
de décès par suicide au classement des pays de l'O.C.D.E.!
C'est que...vous reconnaissez-vous dans la classe politique et plus encore dans ses choix de société?
En Russie le taux de décès par suicide est le double du nôtre, c'est sinistre, et nous nous avons
de sinistres pantins comme classe politique.
Rajoutez à cela l'alcool, la drogue, les tranquillisants, l'abrutissement collectif devant la télévision,
ces mille façons de se retirer de la vie qui ne le disent pas. L'addition svp!
Et ce ne sont que quelques repères visibles de l'iceberg, ce qui est « tranquillisant » c'est que nous avons
élu un capitaine qui est formidable et que les futurs capitaines sont tous tout aussi exaltants avec leur bouée
déjà prête, parce que oui on quitte le navire et si les hommes politiques romains avaient assez d'honneur
pour se suicider ce n'est hélas plus politiquement correct.
Alors ne nous suicidons pas ils ont besoins ne nos voix (d'eau!).
Bref, vivement le retour des soucoupes volantes!, que l'on puisse enfin parler de choses sérieuses,
c'est à dire...faire beaucoup bruit!

vendredi 5 mars 2010

A moi le web des winners !

héhéhé...

Lire la suite

mercredi 3 mars 2010

Hé bin ! Je suis pas guéri, moi, tiens.

« Il est à craindre que la neutralité du Net, essentielle à un Internet libre et ouvert, soit sacrifiée au nom des intérêts des proches de Nicolas Sarkozy. »(Jérémie Zimmermann).

Ah bin merdalors ! j'avais pas fait gaffe que Eric Schmidt* comptait parmis les proches du Zident. Comme quoi y'a pas d'âge pour se faire déniaiser.

Comme quoi aussi il existe encore plein de raisons de me gratter quand ça me démange, même si j'avais promis à certains que je foutrais plus mes doigts dans mon nez en public. « Il est à craindre...». Non ! sans dec' ? J'aime bien la Quadrature, notez hein, mais là, le mec il découvre un peu l'eau tiède, on dirait ? Si. Un peu, tout de même... du coup, je rechute, moi. C'est con.

En même temps : on s'en fout d'internet, non ? Donc, bon : c'est pas grave, faites comme si de rien, ça finira bien par me passer, cette manie de vieux con que j'ai avec mes doigts, là, à gratter tout le temps quand un truc me fait trop marrer.

(*le lien est un peu tordu. Il faut d'abord déclarer qu'on est pas un spammeur en cliquant sur le bouton idiot idoine, ensuite on accède à une page où l'article est en plein de langues, l'une au-dessous des autres. Il faut chercher la version française un peu plus bas dans la page. Je sais : c'est chiant, mais j'ai trouvé que l'écho de cet article avec le premier cité était... rigolo, disons.)

lundi 1 mars 2010

"La gratuité est une ligne de crête"

retour sur la pointe des pieds

Lire la suite