J'ai écrit "Fakir, le journal qui a une grosse bite et qui sait s'en servir" en juillet pour reprocher à Fakir son machisme. Les commentateurs m'ont bien expliqué que Fakir n'est pas machiste, puisqu'il est d'extrême-gauche, et que même s'il est machiste, faut pas lui reprocher, puisqu'il est d'extrême-gauche.

Bon, me suis-je dit, Fakir se défend lamentablement, mais peut-être quelque chose de tout ça va arriver jusqu'à leurs cerveaux.

Tsssss, trop gentille je suis, c'est pas avec ça qu'ils pensent.

Effectivement, quelque chose du féminisme est arrivé jusqu'à l'équipe : l'envie de se foutre des féministes.

Encore que, je n'y suis pour rien. Ils avaient anticipé. Le numéro d'été dans lequel était l'article que j'épinglais avait une lamentable 4ème de couverture. Avec un côté "hihihi, regardez comme on est drôle, on sait qu'on est machiste mais on n'a qu'à dire que c'est du second degré"



Le numéro d'automne inaugure (je crois, peut-être ai-je raté les précédents) les articles de cul de Pierre Souchon. Avec un article plein d'admiration pour un type qui raconte comment aucune femme ne résiste à son charme et comment il se fait donc entretenir.
On y trouve aussi ce dessin qui nous explique bien que si l'équipe de Fakir ne se sent pas concernée par le féminisme, c'est à cause des femmes. Dessin posé là hors de tout texte justifiant sa présence.



J'ai aussi un problème avec les brèves telles que :
Pakistan. Après les inondations, le choléra ! Les filles qui n'ont pas encore cicatrisé de leur récente excision risquent de sentir quelques picotements.
Ou encore :
Pauv'mecs. Les hétérobeaufs sont incapables de dire leur femme est vaginale ou clitoridienne. Tout ce qui les intéresse, c'est de savoir si elle peut devenir anale, juste une fois, pour leur faire plaisir.
Elles me mettent mal à l'aise. T'en penses quoi ? C'est drôle ? C'est sexiste ou au contraire ? C'est bête ?

Dans le numéro de décembre, la place faite aux femmes est, comme d'habitude, réduite. La rubrique "petite main" d'Aline, une critique de livre écrit par une femme (le livre, probablement pas la critique) et l'article cul de Souchon. Pour le reste des articles écrit par des hommes et des citations d'hommes. Quasi pas de femmes en lutte dans les articles qui racontent le mouvement des retraites (et quand une reste sur une action de blocage, il est bien expliqué qu'elle téléphon à ses mari et fils et que ce dernier est grand, il pourra se débrouiller sans sa mère). Un seul point positif : l'article humoristique de Valéry sur la réforme de l'assurance maladie qui n'oublie pas les attaques contre l'IVG.
L'article de cul est précédé de ce chapeau : Fakir, "journal machiste" ? "Fier de sa grosse bite" ? On a tout entendu, à cause de nos papiers cul. Du coup, on se tourne vers les filles. Une d'abord, Lucie. Qui a promené ses désirs des boîtes de nuit à la Hongrie..
Mais non, Fakir, je t'ai pas épinglé à cause de tes papiers cul, le cul c'est bon, mais à cause de leur machisme. En même temps, c'est un peu synonyme chez toi.
Après le mac, Pierre Souchon interroge Lucie, une femme donc, sur sa vie sexuelle. Article profondément sans intérêt, une sorte de sous porno pour les mecs. Nous en apprenons beaucoup, en deux articles, sur la conception du cul par Souchon. Je me demande même s'ils sont de réels interviews ou seulement sortis de son imagination. Mais pourquoi ces textes dans Fakir ? Pourquoi dire de celui-ci qu'il se tourne vers les filles ?

Non seulement Fakir n'est pas pro-féministe, mais il n'est même pas neutre. Fakir est un journal anti-féministe.

Pourquoi épingler "mon" camp ? Parce que demain, quand on aura renversé le système actuel, c'est avec des mecs comme ça qu'il faudra repenser la vie. Et franchement, ça me donne pas envie. Dans toutes les révolutions, les femmes se sont faites avoir. La nôtre ne sera pas différente :-(((