Le(s) suiveur(s) des choses.

samedi 25 juin 2011

Les pétaflops rendent C... (criminel).

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/informatique/d/supercalculateurs-record-a-816-petaflops-pour-le-k-japonais_31030/ Bon je résume l'article dessous, mais la lecture est édifiante (et dans édifiante ya fiente, si si.).

Lire la suite

jeudi 23 juin 2011

Une simple "avance sur RSA" ce mois-ci. Enquête.

Peut-être que tout va bien se passer

Lire la suite

vendredi 17 juin 2011

Ils devraient m'énerver et en fait non.

Ma clientèle est (était bientôt) plutôt dans l'enseignement ou l'éducation, y'a aussi du pôle emploi, même un PDG et un maire... Plutôt féminine, à part le PDG et le maire. Parfois des ouvriers de passage, mais peu. Y'a eu un chauffeur livreur qui est venu régulièrement et puis a arrêté.
Et puis y'a Gégé, son frère Dominique et quelques copains, à présence variable. Ils viennent à 3 ou 4. Gégé, l'ex-cuistot gentil et Dominique, le vieux beau ; Jacky qui se pique de psycho, toujours sous alcool et médocs, complètement largué ; Patrick qui campe dans le bar d'à côté mais se tient plutôt pas mal ; Toto, qui incarnait, quand je l'ai vu, l'expression « saoul comme un polonais »....

La première fois qu'ils sont venus, z'ont failli repartir quand j'ai engueulé Dominique dans l'escalier à cause de la façon dont il parlait à la fille qui les accompagnait et montait l'escalier devant lui. Sur le mode « les réflexions de bourrin macho, ici, c'est pas possible ». Il a menacé de partir, les autres ont pas suivi, ils sont restés. Ont souvent déjà bien pris l'apéro quand ils arrivent. Les 2/3 premières fois, je leur ai servi du vin une fois, et j'ai refusé ensuite. Discussion, débat, « c'est pas normal » face à « bourrés, vous êtes gonflants et ça m'amuse pas ». Maintenant ils commandent une seule fois.
Je suis obligée de rappeler parfois à certains que « non, on tripote pas la taulière » et que « non, quand on s'embrasse pour dire bonjour, on glisse pas vers la bouche ». La plupart du temps en rigolant, une ou deux fois en me fâchant toute rouge.
Mais je suis pas réellement contrariée ou en colère. Je me demande pourquoi ? Peut-être parce qu'en contrepartie ils acceptent de se faire engueuler et entendent quand même ? Que quand ils parlent c'est en vrai, de leur amitié et de leur solitude de coeurs d'artichaut qui ont des rêves fleurs bleues ? Incontestablement le mode de relations « prolos » n'est pas pareil que le mode de relations « intellos » (je caricature, hein). Ça me fait marrer, et je me sens chez moi. Sans doute parce que j'en viens et que je suis le cul entre deux chaises. J'suis pas sûre.

lundi 13 juin 2011

Un petit viol amical

Samedi, en fin d'après-midi, j'ai subi une agression sexuelle.

Lire la suite

vendredi 3 juin 2011

Il était temps !

Voilà, la vraie, la seule solution enfin trouvée, comment ne pas y avoir pensé plus tôt ?
Vous croyez que je peux me remarier ?