A y est, le mariage, union d'un homme et d'une femme pour procréer, va être ouvert aux couples de même sexe. Avec des arguments liés à la procréation : reconnaissance d'un deuxième parent, droit à l'adoption de couple, droit à la PMA pour les femmes (pas encore je crois, mais ça va viendre). Et un argument très de gauche : l'égalité. Faut d'ailleurs pas parler de mariage homo mais de "mariage pour tous", c'est crop beau !

Pour l'égalité, je propose la suppression du mariage. Faire reconnaître son amuuur par le monde entier et en particulier l'Etat me semble parfaitement inutile. L'intérêt me parait cependant considérable pour les avocats, peu de mariages durent à moins que les mariages durent peu, et l'utilisation obligatoire d'un ou deux avocats est un gisement permanent de recettes pour la profession.

Le mariage sert aussi à de petits fonctionnaires étroits d'esprits à vérifier les couples à composante étrangère et éventuellement à leur pourrir l'amour. Ne pas faire reconnaître sa vie privée par l'Etat lui ôte les moyens de la contrôler.
Le mariage, ça sert à quoi d'autre ? Réduire ses impôts s'il y a déséquilibre de revenus : je suis aussi pour la suppression de tous les avantages (et inconvénients) du statut "en couple". Affirmer qu'on n'est plus disponible, le port d'un anneau affichant cette indisponibilité (blagounette : pourquoi la femme met-elle une alliance à son mari au moment du mariage ? pour lui donner de la valeur... Oui, c'est sexiste, mais réversible).
Le mariage, ça sert aussi à ce que l'homme ait une bonne à pas cher (blagounette : pourquoi les robes de mariées sont blanches : pour être assorties à la machine à laver et à la cuisinière) et à ce que la femme ait un propriétaire dûment reconnu par l'Etat et le monde....
Le mariage est une institution patriarcale et dépassée (ami-es marié-es, je vous aime quand même, le prenez pas personnellement) et réclamer son extension ne devrait en aucun cas être une revendication de gauche !!! C'est quoi cette unanimité ?

Ce qu'il serait bon de réclamer, c'est son abolition. Avec la reconnaissance de la parentalité des gens qui aiment un enfant et s'entendent autour de lui / elle (ce qui aiderait les beaux-parents éjectés des vies de couple hétéro), le droit à l'adoption aux associations parentales variées, le droit à la PMA aux femmes sans tenir compte de leur statut affectif (encore qu'un pote et une seringue me paraissent une solution simple et rapide...).
Evidemment, il faudra des mesures de soutien aux traiteurs, restaurateurs, fleuristes et autres métiers vivant de cette pratique désuète.