Pendant que le gouvernement P"S" continue à expulser sans faiblir les Roms de leurs pauvres habitations, le grand guru du Front de Gauche marque son appartenance sociale et politique de la plus claire façon.

Rappel : à Amiens ont éclaté des émeutes suite à un contrôle policier musclé. D'où embrasement des esprits et incendie de quelques bâtiments publics. On peut effectivement penser que c'est pas la façon la plus efficace de combattre le pouvoir mais : des exploité-es, des pauvres se révoltent, prennent des risques et blessent des flics. Alors, si on est de gauche extrême et en désaccord avec la forme, on la ferme. Et on peut aussi soutenir, de façon critique mais on soutient. C'est notre camp.

Pas celui de Mélenchon qui a dit autour du 20 août : "Nous les rejetons, ils n'ont rien à voir avec la contestation de la société capitaliste. C'est le contraire ! Ils en sont les larbins, les fourriers, les bouffons", ils "nous jettent la honte à tous".

Je ne sais pas qui est ce "nous" mais si j'étais encartée dans une orga du FG, je serais un peu contrariée.
Mélenchon, la solution ???? *mouarf*