Le(s) suiveur(s) des choses.

lundi 20 mai 2013

Au secours, les limaces attaquent

Le pas de ma porte :





samedi 10 mars 2012

Et merde ! Le major fatal est mort.

"J'ai un goût prononcé pour la farce mais aussi pour le mélodrame prophétique, cosmique. Chacun a ses perversités. Il ne faut pas les étouffer mais travailler pour les rendre opératoires". (Moebius)

Y'a des jours, comme ça, où le zinc du comptoir ramolli un peu sous les coudes.

jeudi 22 décembre 2011

Je bosse moi, connard !

Si je passe 4 heures à écouter la radio chez moi, bien calé dans mon siège, au chaud et aux frais des cotisants, je me fais traiter de parasite.

Si je passe 4 heures à écouter la radio dans ma voiture, bien calé dans mon siège, au chaud et (plutôt bien*) payé à ça, on va dire que j'ai eu une rude journée.

J'ai beau entendre le moindre cliquetis des rouages mentaux qui nous ont menés là comme du bétail à l'abattoir, à nous servir de nos neurones comme des ventouses à chiottes, je ne m'y fais pas : mais bordel à la fin qu'ai-je produit de plus important pour l'humanité dans un cas que dans l'autre ?

(* la route n'étant évidement pas mon "métier")

mardi 18 octobre 2011

Grosse Fatigue

Avec ce gars-là - ça fait du bien - j'ai un peu l'air de regarder la mer : de loin, tu as l'impression qu'il ne se passe rien, encéphalogramme mort. De (très) près, ça monte et ça descend tout le temps dans des éclairs de couleurs, ça écume et ça rage, ça bouillonne et ça tempête. Mais alors de très-très près, hein ?

Et en silence. Où quasi.

Du coup j'ai bien failli rater cette nouvelle marée à peine montante dans le capharnaüm du web.

Je suis content qu'il revienne. C'est un peu ça avec les habitués du troquet : même si on ne les connait pas vraiment, il vous manque et vous avez plus le goût.

Lui, il revient. C'est ma tournée.

Lire la suite

jeudi 7 avril 2011

D'ailleurs ...

C'est juste un vrac, j'arrive pas à vrai-billeter, ces temps-ci ...

Lire la suite

mardi 29 mars 2011

Ami-e (plus) fortuné-e (que moi), s'il te plaît...

Qui n'ose rien n'a rien

Lire la suite

dimanche 13 mars 2011

SOS

Cette plante est menacée

Lire la suite

samedi 1 janvier 2011

Mon premier visiteur cette année


Un as du camouflage

Lire la suite

lundi 2 août 2010

petite satisfaction...

Parfois faut pas grand chose, hier je vais avec mon fils et sa nouvelle copine au ciné voir inception
(si vous avez lu le rêve du papillon de Borgès dans Fictions vous avez l'idée mais le traitement est du
style matrix). Bref ce n'est pas le sujet, ils viennent d'aménager et on se cale une bière dans le salon
en parlant bouffe et la j'entends sa copine dire qu'en 9 ans c'était la première fois qu'en rentrant du
boulot elle trouvait le repas prêt (et en plus qu'il cuisinait bien le petit salop!). J'ai toujours fait la bouffe et
la vaisselle d'une façon naturelle, toujours trouvé ça normal sans me poser plus de questions, mais là ça
m'a fait plaisir de voir que de façon "naturelle" et sans forcer quelque chose de sympa était passé vers
mon fils.

mardi 11 mai 2010

Cadavre exquis.



Swâmi Petaramesh a débranché son serveur.

C'est drôle comme, un court moment, cette petite phrase m'a fait l'effet d'une annonce comme on en lisait quand j'étais gamin, avec mes cousins, dans les dernières pages du canard régional du coin où on passait nos vacances. On adorait inventer des vies aux noms dont on lisait les petits mots envoyés aux familles.

Bref. Une sorte de vide a pris la place de son Ashram pour un temps indéterminé. Le saut dans l'inconnu, autant dire un quasi suicide virtuel. Même pas un trou, un "introuvable", sans lieu de mémoire. Le farouche indépendant du web a préféré emporter sa boite à bits avec lui que de les confier à un tiers serveur quelconque pour l'interim. La liberté est à ce prix, crénom. Et que le cul lui pèle dans ses montagnes !

En guise de mémoire, Google se chargera de combler les attentes de ceux qui s'imaginent qu'il va en redescendre un jour avec les tables de la loi dans les bras.

Et pour ceux qui connaissent un peu le bonhomme, cette petite sucrerie savoureuse vaut bien un long discours.

*mouarf*

mercredi 10 février 2010

COMME UNE MONTRE MOLLE …

J’étais au rade, peinard, je blaguais de rien avec le patron quand je l’ai vu arriver, sortir d’une vieille caisse pourrie, regarder ma bécane.

Lire la suite

lundi 8 février 2010

Un Dimanche à la campagne

Me suis fait draguer sévère par une bébête (gérontophile ?) ...

Lire la suite

mardi 22 septembre 2009

Le silence Beethoven.

Madame Grimault élève des brebis et des chèvres dans le triangle des Bermudes de France, quelque part entre Montluçon, Clermont-Ferrand et Aubusson. L’endroit idéal pour cette activité, en fait, vu que tout le reste semble s’y être englué dans les fissures d’un manteau terrestre qui a produit plus de sources chaudes pétrifiantes, d’usines à pneus déprimantes et de puits de mines fossilisés que partout ailleurs.

Lire la suite

jeudi 9 juillet 2009

« 410 : Gone »

Ils sont sept à enfiler une deuxième couche de pull-over, l'humidité perce. On est en Juin, mais sous l'éclairage un peu morne du rond-point, le gilet fluo passé sur la laine polaire leur donne l'allure d'une bande de poussins égarés qui serrent les rangs pour se tenir chaud, un soir d'hiver.

Lire la suite

mardi 28 avril 2009

toujours moins cher... mais à quel prix ?

on ne m'arrête plus ! ;)

Lire la suite