Retour sur une petite réflexion. C'était il y a six mois environ quand mon voisin c'est cassé la jambe. Lâcher un meuble, pour un déménageur, ça pardonne pas toujours. Bref, un matin, je partais au boulot et lui prenait un café sur sa chaise longue, au soleil le plâtre en l'air.

Sur le coup, sans savoir pourquoi, ça m'a donné la pêche, cette scène. Ma journée de boulot prenait un petit supplément d'âme : elle allait participer à la journée de repos de ce grand costaud que j'aime bien. C'est exactement ce qui m'est venu à l'esprit en lui faisant un signe de la main. Un peu bisounours, l'image ? M'en fout. La solidarité, en vrai, là dans ma rue. Un truc a faire mentir l'autre voisin retraité, qui adore m'envoyer l'expression « alors, tu vas au chagrin ? ». Celui-là, il a dû se faire gravement chier toute sa vie active, c'est sûr. Bah non, justement, ce matin-là, j'allais pas au chagrin. J'étais juste content d'avoir pu ressentir, à le toucher, ce sentiment d'être.

Je repensais à ça ce matin, au moment où la scène rigoureusement inverse s'est produite. J'ouvrais péniblement ma fenêtre, le costaud est passé à ce moment-là et m'a fait un grand signe de la main, le sourire jusqu'aux oreilles. Je ne lui avait jamais parlé de mes pensées, mais la coïncidence m'a laissée le sourire un bon bout de cette matinée trainasse. Je suis en arrêt maladie. A l'arrêt, le nez en l'air, et je regarde les autres partir au boulot, à mon tour.

Vous aussi, là, derrière votre écran dans votre bureau à lire ce billet en prenant un café, votre journée de travail participe à cet étrange arrêt. D'ailleurs je vais vous en dire un peu, de cette journée d'un profiteur, vous le méritez. J'en ai donc profité pour commencer le billet sur les filles du BTP, une idée que m'a donnée Ga(i)elle. J'ai aussi travaillé un chorus de guitare un peu chiadé sur la grille d'un morceau de Duke Ellington. J'ai été faire deux-trois courses (je suis malade, pas impotent), j'ai fait un riz mexicain et j'ai fini un polar pendant qu'il mijotait. J'ai fait aussi un peu de radioguidage pour mon patron, qui me remplace au pied levé. Des trucs utiles qui ne seront jamais comptabilisés au PIB. Mais utiles.

Seize millions de salariés. Presque dix-huit si j'en crois ces tableaux. En temps ordinaires, on consacre une partie non négligeable de nos journées à notre "couverture maladie". Aujourd'hui, vous avez participé, d'une façon où d'une autre, et d'ailleurs je m'en tape du mode de calcul, à hauteur d'environ 0,00000006 de votre temps à ma journée sous cette couverture.

Elle était bien chaude. Merci à tous !