Qui n'ose rien n'a rien

Dans les maximes à la con noix, y'a aussi : les seuls combats perdus d'avance sont ceux qu'on ne mène pas. Mais c'est pas l'sujet.

J'ai perdu mon appareil photo, je pourrais te raconter qu'on me l'a volé, ou qu'il est tombé en panne. Ben, non, je l'ai bêtement perdu. Sur un parking à Thury Harcourt, je pense. C'est bête. Normalement, je perds rien...

Je suis fauchée. Très fauchée... Pas tristement fauchée, je paie le loyer de ma maison sympa (même si chaque mois est un challenge ;-)), je mange à ma faim (manquerait plus que ça), parfois même j'achète un livre et j'ai même acheté un pantalon au cours des dernières soldes (grâce à un don de mes parents, certes).

Donc, je n'ai pas les moyens de remplacer l'appareil photo perdu.

Et c'est là que tu interviens ami, amie (ou même simple connaissance, voire personne de passage que je connais pas du tout) fortuné-e. Imaginons que tu viennes de t'acheter un nouvel appareil photo, ou que tu envisages de le faire sous peu. Et que tu coup, tu aies un appareil photo de trop. Ben, au lieu de le laisser dans un placard ou de le vendre sur leboncoin, tu me l'envoies. Ce serait vraiment sympa.

Tu peux même le faire tout à fait anonymement. Là : Christine, La Cantine, 32 rue du Mans, 61000 Alençon.

Lecteur, lectrice, je sais que tu te poses une question : et si j'en reçois plusieurs ? Je trouverai d'autres fauché-es, promis.